Nice : de nouvelles données sur la Voie lactée présentées grâce à la mission spatiale Gaia

Gaia transmet chaque jour 500 millions de données à la terre, ce qui nous permet d’établir une carte 3D de la Galaxie, la Voie lactée. Cela lève le voile sur la formation, la composition et l’évolution de l’univers.

Gaia est une sonde qui navigue à un million et demi de milles de la Terre. Elle parcourt notre univers qui est proche (système solaire) mais aussi dans des galaxies plus lointaines). Il regarde constamment le ciel. Les 500 millions de données collectées chaque jour convergent vers la Terre et sont traitées par les ordinateurs, puis exploitées par les astronomes.

Conçu par Airbus, surveillé par le CNES à Toulouse, le satellite Gaia a déjà détecté 1,8 milliard d’étoiles dans notre galaxie pour produire une image 3D. • © ESA

Lancé de Kourou par une fusée Soyouz-Fregat le 19 décembre 2013 à 10h12 heure de Paris, Gaïa est donc le nom de l’engin spatial, mais aussi celui d’un projet majeur de l’Agence spatiale européenne (ESA). Et depuis 2013, une équipe de l’Observatoire de la Costa Blava travaille sur ce projet.

Nous essayons de comprendre comment les planètes se sont formées, comment la terre s’est formée. Les astéroïdes sont connus pour avoir apporté leur contribution afin qu’il y ait de l’eau quelque part sur Terre. Ils sont liés à la naissance de la vie.

Paolo Tanga, astronome à l’Observatoire de la Côte Bleue

Gaia navigue dans les étoiles et collecte des données. • © ESA

Ainsi, ce lundi 13 juin, l’ESA a présenté un nouveau catalogue, une cartographie très attendue des astronomes du monde entier. Car depuis 18 ans, Gaia améliore la connaissance de notre galaxie, la Voie lactée, en temps réel et en 3D, et dévoile sa composition, sa formation et son évolution.

Gaia nous permet de mesurer la profondeur du ciel, à quelle distance se trouvent les étoiles. Nous avons une cartographie 3D en mouvement, avec des informations sur la nature de la matière, la composition chimique des objets trouvés.

Alejandra Recio Blanco, astronome à l’Observatoire de la Côte Bleue

Gaia fournit ainsi avec une précision sans précédent la position de près de 1,8 milliard d’étoiles répertoriées, soit près de 1 % de toutes celles de la Voie lactée.

Alejandra Recio Blanco nous donne quelques explications. Montée à Toulouse par Airbus, Gaïa est constituée d’une céramique spéciale qui résiste aux variations de température. Cette “caméra géante” capte la lumière des étoiles réfléchie dans deux miroirs faisant face à un très grand capteur. Les données du spectre, la vitesse de déplacement sont enregistrées. Et l’intérieur de la sonde comprend un prisme qui dispense un arc-en-ciel. Lorsque les couleurs manquent, elles ont été absorbées par les atomes et les molécules de l’atmosphère de l’étoile. L’absence de couleurs est en quelque sorte l’ADN de la star.

Ce projet aide à comprendre la formation des planètes et des astéroïdes. • © ESA

Ce programme révolutionne notre connaissance de l’univers pour les astronomes mais aussi pour le grand public. Une fenêtre sur le ciel qui s’étend sur des centaines d’années-lumière.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *